Presentation du Cercle National des Ceintures Noires de Karaté (crée en 1976)

Le CERCLE NATIONAL DES CEINTURES NOIRES DE KARATE, n’est ni une fédération ni un syndicat. Il est une association totalement indépendante, regroupant des pratiquants ceinture noire de Karaté, qui grâce à leur sérieux, leur travail, leur volonté  leur persévérance et leur foi en une discipline prestigieuse, se sont élevés au dessus du commun  des individus, par le grade obtenu.

Son but est de leur offrir la possibilité de s’unir, de créer des liens d’amitié et de se mieux connaitre pour mieux s’entraider et se perfectionner.

De se sentir intégrés parmi leurs pairs en entrant dans une vraie grande famille du Karaté par la porte du Cercle National des Ceintures Noires de Karaté.

Mais aussi de leur permettre de passer des grades, jugés par leurs pairs et non par des inconnus n’ayant pour certains jamais passé devant une commission des grades.

Totalement indépendant, le Cercle ne dépend d’aucune fédération. Il ne délivre donc aucune licence sportive ni passeport sportif.

Ses membres reçoivent leur diplôme de membre du Cercle ainsi que leur carte.


Le Cercle organise des passages de grades pour ses membres et pour leurs élèves, sans déroger à la loi Française  (Jugement de la Cour d’appel d’Orléans en date du 3 novembre 2009) 

Mais adhérer au Cercle n’implique pas obligatoirement d’avoir à y passer ses grades.

​Les membres du Cercle étant libres de passer leurs grades au sein du Cercle ou au sein de leur fédération ou association.

Le Cercle peut également organiser des stages, en association avec les clubs demandeurs dirigés par ses membres.  


L’appartenance au
CERCLE NATIONAL DES CEINTURES NOIRES DE KARATE
Constitue un honneur pour chacun de ses membres
Et ceux-ci doivent faire en sorte d’en rester dignes



CERCLE NATIONAL DES CEINTURES NOIRES DE KARATE.
14, rue des Lavandières. 08300. NEUFLIZE
cercle.cnkarate@outlook.fr

Le 17 septembre 1976, (trois mois après la création de la fédération) le Cercle bénéficiait déjà d'un article dans la presse.

​> Retour à l'accueil